jacques germain

(1915-2001)

né à Paris en 1915, travaille avec Fernand Léger et Amédé Ozenfant à l’Académie Moderne en 1931, part au « Bauhaus » de Dessau et suit l’enseignement de Kandinsky et d’Albers.

Il y un siècle, parlant de l’imagination, Baudelaire écrivait : « Elle décompose toute la création, et, avec les matériaux amassés et disposés suivant les règles dont on ne peut trouver l’origine que dans le plus profond de l’âme, elle crée un monde nouveau, elle produit la sensation du neuf ».

Lentement, devant cette phrase, j’ai l’impression qu’elle fraie un chemin vers la peinture de Germain, nous l’indique et en l’indiquant, mais presque à notre insu, fait apparaître une question et, comme si cette question se formulait d’elle-même, en face des tableaux de Germain, nous nous demandons qu’est-ce ce monde nouveau ?